mercredi, 29 juin 2011

100% lin

Réintroduit dans la région au XXe siècle par des agriculteurs des Flandres, le lin normand est surtout cultivé en Seine-Maritime, dans l’Eure et en Plaine de Caen. La Normandie représente aujourd’hui 60 % des surfaces françaises cultivées en lin textile (ne pas confondre avec le lin oléagineux, duquel on recherche surtout les graines, alors que l'on recherche les fibres du lin textile).

champ de linblog.jpg

Le semis a lieu entre mi-mars et début avril, dans une terre riche, profonde et d’un climat tempéré et humide. Il faut ensuite compter 15 à 20 jours pour la levée. La croissance du lin est rapide et sa tige peut atteindre un mètre de hauteur. En juin, sa floraison peut durer jusqu'à 15 jours, mais chaque fleur a une durée de vie de quelques heures. Environ un mois après le début de la floraison, le lin est mûr, la récolte peut avoir lieu. Le lin est arraché mécaniquement afin de conserver la longueur des tiges et donc des fibres. Il est laissé sur le sol, débute alors l'étape du rouissage. Si les conditions climatiques sont favorables, ce phénomène naturel permet, grâce à l'action de micro-organismes, de séparer les fibres de l'écorce et du bois. Le rouissage dure de 3 à 7 semaines, il est activé par les actions conjuguées de la rosée, de la pluie, du vent et du soleil. Le lin peut être retourné une à plusieurs fois pour faciliter le processus. Après rouissage, le lin est récolté, enroulé sous forme de balles rondes pour être ensuite teillé (action qui consiste à séparer mécaniquement les fibres textiles des parties ligneuses de la plante), peigné, filé et tissé. En raison de la brièveté de son cycle, le lin est une espèce sensible aux conditions de sol et de climat. Il faut attendre 6 à 7 ans entre deux cultures de lin sur la même terre.

lin1.jpg

Pour que le produit puisse être utilisable par l’industrie textile, les filasses doivent être peignées pour ensuite être envoyées vers les filateurs, principalement localisés en Chine, puis les tisseurs (en Italie et dans les Pays de l'Est). La Chine achète tous les ans 80 à 85 % de la production mondiale de filasses qu'elle réexporte ensuite à travers le monde, sous forme transformée.

De l’habillement au linge de maison en passant par les sacs postaux, la ficelle ou les tuyaux à incendie, les débouchés du lin sont très nombreux et diversifiés. Avec 70 % des débouchés, les fibres longues de lin servent avant tout pour l’habillement, suivi par le linge de maison (15 %). Viennent ensuite la décoration, les revêtements muraux ou d'ameublement et les tissus techniques, plus spécialisés.
Les étoupes (fibres courtes) partent pour la papeterie ou en débouchés techniques.
Les anas (résidus de paille) sont utilisés pour la fabrication de panneaux agglomérés ou de portes coupe feu (bon pouvoir isolant), mais aussi valorisés en litière pour volailles et chevaux ou comme paillage écologique. D'autres débouchés sont apparus comme les matériaux composites dans le secteur automobile ou les utilisations à des fins énergétiques (chauffage à la biomasse et cogénération).
Les graines issues de la création variétale sont utilisées en semences. Les graines de lin, outre la semence, sont transformées en huile ou solvant qui constituent une base pour la savonnerie, les peintures ou les vernis. Les tourteaux issus du pressage des graines sont utilisés comme aliment pour animaux (forte teneur en Oméga 3).

lin2.jpg

  • Avec 100 kg de paille de lin, on obtient : 50 kg d'anas, 16 à 20 kg de lin teillé, 10 à 12 kg d'étoupes et 5 à 10 kg de graines, le reste se compose d'impuretés. 

  • Avec 1 ha de lin, on produit au total : 
    Filière textile : 800 chemises, 1 500 chemisiers, 500 jupes, 100 draps, 100 nappes, 100 rideaux. 
    Filière non tissé : 1 000 panneaux de portières automobiles. 
    Anas : 300 m2 de paillage écologique. 
    Filière graine : 200 kg de tourteaux et paillettes (aliment du bétail) et 100 litres d'huiles de lin (peinture).

...

*** Photos prises aux portes ouvertes de l'usine de teillage de lin à Bourguébus. Je n'ai pas inventé cet article, j'ai fait un joli copié-collé resumé de cette page. Lire aussi cet article. ***

mercredi, 22 juin 2011

Des films

Pina. De Wim Wenders.

pinablog.jpg

De Pina Bausch je ne connaissais que l'extrait de Café Müller que l'on voit dans Parle Avec Elle et qui m'avait beaucoup marqué. J'ai donc vraiment découvert l'univers de cette chorégraphe dans ce documentaire de Wim Wenders. Ce n'est d'ailleurs pas un documentaire mais un hommage, très beau, tendre, rythmé. La ville, la campagne, l'eau, les éléments, de longues robes magnifiques, des extraits de spectacles, des images d'archives, des témoignages, de la couleur, beaucoup d'émotions... -et de la danse! : c'est un film que j'aurai plaisir à revoir.

Le Chat Du Rabbin. De Joann Sfar, Antoine Delesvaux.

lechatdurabbin.jpg

Le Chat Du Rabbin, on ne le présente plus, et pourtant j'ai été le voir sans  avoir lu ni la BD, ni même le synopsis! J'y allais confiante car j'avais aimé Gainsbourg (Vie Héroïque), et l'expo Brassens Ou La Liberté. Je n'ai pas été déçue, j'ai même adoré, avec un faible pour les belles couleurs, la musique... et la fille du rabbin! Les vues d'Alger sont très belles, le graphisme rend particulièrement bien l'ambiance de la ville et de la vie quotidienne, les motifs, la lumière et les ombres qui se faufilent. Un très bon film que je recommande.

lechatdurabbin (7).jpg

Beginners. De Mike Mills.

beginners (1).jpg

Dans ce film, le chien parle : ça m'a beaucoup plu.

Medianeras. De Gustavo Taretto.

medianeras1.jpg

Buenos Aires et son architecture, voilà le vrai sujet du film, sur fond de manque de communication et du mal être qui en découle. De belles images de la ville, des anecdotes sur son histoire, différents points de vues sur son présent, et des questionnements sur son avenir. Des dessins d'architecture rythment le film, et la communication visuelle urbaine a la part belle ainsi que les titres des "châpitres"  qui s'invitent dans l'image... Et le fameux Où est Charly qui se cache jusqu'au jour où...

Un film sympa qui ne donne pas du tout envie de visiter Buenos Aires peut aussi se voir comme on lit un guide touristique et qui peut orienter différemment un prochain voyage dans la capitale Argentine.

medianeras.jpg

samedi, 04 juin 2011

Atys

logesjuinblog copie.jpg

Ici c'est fini, courez le voir à Bordeaux ce mois-ci, à Versailles en juillet, puis à New-York en septembre!

vendredi, 03 juin 2011

Iznik

iznik.jpg

iznik (1).jpg

iznik (2).jpg

iznik (4).jpg

iznik (5).jpg

iznik (6).jpg

iznik (7).jpg

Carreaux d'Iznik aux quatre coins d'Istanbul, mai 2011.

J'abandonne l'idée de vous faire un article sur les carreaux d'Iznik, qui ne serait que du copié-collé. Allez donc lire cet article, vous saurez tout!